Maserati Coupé 4200 GT : trident affûté.

Maserati Coupé 4200
Maserati Coupé 4200 - © Maserati S.p.A.

Le Coupé 4200 GT marque le retour en force de Maserati dans la catégorie des voitures de grand tourisme au caractère bien trempé. C’est précisément ce type de machine qui a forgé le succès commercial de Maserati dans les années 60, avec des modèles comme la 3500 GT, véritable première Maserati de route en 1957, puis la lignée des coupés 4 places à moteur V8, Mexico, Indy et Kyalami. 

 

Le 4200 GT est aussi le symbole de l’union jadis inconcevable des deux rivaux historiques de Modène : Ferrari et Maserati. La marque au trident, rachetée par Ferrari en 1997, a d’abord eu droit au support engineering de la maison de Maranello, surtout pour moderniser les ultimes générations de Quattroporte IV (V6 et V8 Evoluzione) et de Ghibli II.


Cœur Ferrari, Maserati dans l’esprit.

Ferrari veille aussi au développement de la 3200 GT qui sera véritablement la première Maserati de l’ère post-De Tomaso, même si son cœur mécanique reste fidèle au bloc et à la suralimentation héritée de la saga Biturbo.

Le 4200 GT est ainsi la première Maserati à utiliser un moteur Ferrari, inaugurant le V8 atmosphérique développé pour succéder à la Ferrari 360 Modena. Fait singulier, il retrouve une distribution par chaine après plusieurs générations de courroies souples. Cette Maserati a été pensé pour avaler les kilomètres et simplifier les pas d’entretiens. Elle ambitionne aussi de conquérir les USA avec un habitacle généreux et une mise au norme étudiée dès l’amont du projet.

 

Le style déjà classique est typiquement Maserati et renoue avec l’élégance sportive des Ghibli ou Indy de la grande époque. Sur la 4200 GT il évoluera peu par rapport à la 3200 GT, si ce n’est les feux arrière pour répondre à l’homologation américaine. A l’intérieur les systèmes de télématique embarqués font aussi leur apparition pour moderniser l’équipement.

Moteur Maserati 4200
© Maserati S.p.A.

Un moteur rageur et coupleux à la sonorité envoutante.

La principale évolution de la voiture est donc le nouveau V8 atmosphérique tout alliage développé par Ferrari. Sa cylindrée de 4244 cm3 permet d'atteindre 390 ch à 7000 tr/mn et un couple de 45.1 mkg à 4500 tr/mn. Les techniques employées sont proches de ce que l'on trouve en compétition : carter sec, échangeurs d'huile, calage d'admission variable. Ce moteur extrêmement souple montre aussi une sonorité  totalement envoutante, de quoi vous rendre addict. 

Côté transmission le choix est proposé entre la boîte 6 rapports manuelle et sa version robotisée Cambiocorssa à commande séquentielle au volant. A noter que cette boîte d’origine Ferrari permet une rapidité de changement impossible à égaler avec la version manuelle. Au niveau du chronomètre, le 4200 GT est d’ailleurs très proche d’une 360 Modena F1 avec le 1000 m D.A. en 24"3 et le 0 à 100 Km/h en 5"2.


Une gran turismo en chaussures de sport.

Maserati Coupé 4200 GT
© Maserati S.p.A.

Si les liaisons au sol de la 4200 GT ont été mises au point avec soin, c’est pour offrir avant tout une utilisation plaisante dans la plupart des configurations de roulage. N’oublions pas que c’est un véhicule lourd avec plus de 1600 kg sur la balance. L’amortissement piloté (en option) ainsi que les différentes aides à la conduite peuvent vous emmener sur piste le temps d’un weekend sportif, mais ce n’est pas là sa véritable vocation. Comme ses aînées, le Coupé Maserati distille son savoir-vivre sur les longues distances, avec une capacité à avaler les kilomètres rapidement dans un grand confort, y compris pour 4 personnes avec des places arrière raisonnables et un coffre , ce qui permet d’envisager des sorties en famille, exercice plus délicat avec une 2+2 à moteur arrière par exemple !

Un classique prometteur, à collectionner aujourd’hui !

Pourquoi commencer à rechercher le Coupé 4200 GT ? Seulement une dizaine d’années après sa retraite, c’est encore une automobile récente. Mais dont la rareté a été savamment orchestrée par Ferrari-Maserati, la division luxe du Groupe Fiat Chrysler Auto (FCA), dans l’héritage des habitudes du Commendatore Enzo Ferrari.

 

Le Groupe FCA est d’ailleurs avare de statistiques concernant les volumes de production des modèles post-2000. Mais en croisant quelques données issues des rapports annuels et des immatriculations en U.E., le volume des 4200 GT tourne autour de 10 700 exemplaires entre 2002 et 2007. A comparer aux 175 000 Porsche 911 type 996 contemporaines.

 

Avec une côte actuelle entre 25 000-35000 € selon l’état et le kilométrage, c’est donc une automobile qui tend vers son point 

bas et sur laquelle il peut être judicieux de se positionner en vue d’acquérir un exemplaire encore peu kilométré et à l’historique limpide. 

 

A noter que beaucoup de véhicules atteignent déjà les 80-100 000 km du fait de leur première vie assez intensive, ce qui témoigne aussi de la bonne qualité de construction du modèle.

Côté entretien, le point principal à surveiller sera l’embrayage dont la tenue dépend du type de conduite du propriétaire, avec des durées de vies pouvant toutefois atteindre 80 000 km sur les Cambiocorssa. On regardera aussi le bon fonctionnement de tout l’électronique comme sur toute voiture de cette génération déjà très instrumentée, et en particulier sondes Lambda et catalyseurs, d'autant plus que leur mauvais fonctionnement est depuis janvier 2017 rédhibitoire pour le contrôle technique. 



L’acquisition d’un exemplaire sain avec un kilométrage moyen de 50 à 60 000 km permet d’envisager une utilisation régulière comme seconde voiture, avec encore un bon potentiel de kilomètres et une revente sans perte de valeur compte-tenu de la côte basse actuelle.

Un dernier élément. L’annonce récente du Groupe FCA de limiter la gamme Maserati à 2 berlines (Quattroporte et Ghibli) et un SUV (Levante), sans nouvelle GT avant 2019/2020, sera également propice à soutenir la valeur des 3200/4200 GT sur le moyen terme.

 


Bonus : 276 000 km en Maserati 4200, il l'a fait !

Les autos ne s'usent que quand on ne s'en sert pas ! Quelle meilleure démonstration que celle de cet américain d'Atlanta qui a posté sur le forum Maseratilife le récit de sa Maserati 4200 actuellement avec 172 000 miles au compteur soit un peu plus de 276 000 km.

 

 

Intéressante précision, il n'y a eu que 2 changements d'embrayage : le premier à 40 000 miles (65 000 km) et le second à 171 000 miles (275 000 km). Et dans les pièces d'usure un alternateur à 140 000 miles (225 000 km).


Retrouvez l'avis du propriétaire sur : lien Maseratilife

 

 Bien entendu une grosse partie de ce kilométrage a été réalisé sur des voies rapides à vitesse stabilisée, mais comme toujours dans le cas de fort kilométrages.

 

Ce qui est intéressant c'est la bonne tenue dans le temps de l'auto, notamment de ces finitions intérieures, de sa carrosserie.

Nous ne pouvons que saluer les efforts qualité réalisés par le groupe Ferrari-Maserati depuis 1998.

Cela fait tout de même 276 000 km au compteur ! Moteur et boite d'origine. Costaud ce V8 !


Écrire commentaire

Commentaires: 35
  • #1

    Autokisscool (mercredi, 19 juillet 2017 16:49)

    C'est un joli article, bravo. L'évolution de la 4200 est la Gransport ...... à 2572 exemplaires, encore plus rare en phase 2 et encore + en MC Victory à 181 exemplaires en comptant le numéro 000 exposé pour sa sortie.
    C'est je pense celle là qui prendra le plus de valeur avant la 4200.

    A bientôt,
    André, un passionné de sportives.

  • #2

    Seb (mardi, 02 janvier 2018 23:32)

    Bravo pour votre article que je viens de découvrir.
    J'ai acquis un coupé de 2002 il y a 1 an avec 55 000km reels full entretien Maserati. Ma couleur est Azuro Argenta, il n'y en a eu que 217 exemplaires.
    Ce vehicule est super fiable, un vrai V8 envoutant et un vrai atmo.
    Bref ... à ceux qui hésitent... foncez.

  • #3

    Guirao (jeudi, 11 janvier 2018 09:36)

    Merci pour vos commentaires enthousiastes. Je ne peux qu'abonder dans ce sens ayant eu l'occasion d'en avoir 3 différentes entre les mains ces derniers temps, pour des missions de recherche client. C'est effectivement une auto envoûtante au niveau mécanique ! Et au passage d'en essayer bien d'autres pour faire mon choix. Avec le recul je dirai que les limites de l'auto sont sa masse et ses liaisons au sol. Quand on la pousse dans ses retranchements, il faut vraiment avoir de très bons pneus (j'ai vu de gros écarts selon les marques montées sans faire de pub à personne..), et des trains roulants encore "frais" donc comprenez que le comportement de la voiture va changer avec le temps et les gros kilométrages. La suspension est naturellement configurée confort, et le mode sport vous secoue plus sans pour autant changer radicalement le comportement. La vraie limite de la voiture en conduite très sportive est sa direction assistée qui est relativement peu informative et ne permet pas de placer l'auto précisément sur des enchaînements rapides. Mais là on touche déjà à une zone de conduite qui est peu exploitée...en général. Le seul grognement du gros V8 atmo et ses montées en régimes cristallines sans la moindre inertie suffisent déjà à rendre heureux, même en restant à des vitesses décentes, et c'est la le point fort de l'auto. Un pot inox fera toute la différence pour les mélomanes, l'échappement standard étant assez feutré.

  • #4

    Dubby Tatiff (samedi, 10 février 2018 17:51)

    Bonjour,

    Quelles sont selon vous les potentiels respectifs en collection de la 4200 GT comparé à celui de la 3200 GT ?

  • #5

    Seb (dimanche, 11 février 2018 12:00)

    C'est surtout la fiabilité entre les 2 qui fait toute la différence.
    La 3200 esr superbe surtout vue de l'arrriere par contre côté mécanique il faut un sacré gros porte monnaie...
    "L'infiabilité" du V8 Masé de la 3200 n'est plus à démontrer...
    Le coupé au design arrière plus sage bénéficie d'un moteur par contre très fiable à chaine, d'origine Ferrari.
    Les 2 véhicules en conclusion n'ont rien à voir.
    Le coupé est le modèle ayant permis à Maserati de survivre.

  • #6

    Dubby Tatiff (dimanche, 11 février 2018 12:15)

    Merci Seb, mais ma question porte sur le potentiel en collection pas sur la fiabilité entre les deux versions.

  • #7

    Guirao Alexandre (lundi, 12 février 2018 18:52)

    Pour répondre aux questions sur le potentiel en collection des 3200/4200 : toutes les deux ont commencé à reprendre de la valeur et à sortir de la zone de l'occasion, ce qui est plutôt porteur. En 2017 j'ai eu l'occasion de travailler sur 3 Maserati 4200 pour des clients de Classic Auto Invest, et je confirme que la demande à l'achat est actuellement montante. Par rapport à d'autres GT de la même époque, elle est la seule à pouvoir embarquer correctement 4 personnes, et par rapport à une Porsche elle n'est pas encore trop évaluée.
    Entre 3200 et 4200, comme l'a écrit un autre passionné plus haut la différence est grande en entretien. Le V8 3200 turbo est un moteur de l'ère De Tomaso ; certes brillant en performances mais à la distribution complexe. Le V8 4200 atmo est un moteur Ferrari relativement peu poussé en rendement, avec une distribution à chaîne et un pas d'entretien espacé. Il ne craint pas les gros kilométrages et son coût d'entretien au km n'est pas plus élevé qu'une Porsche 996 par exemple.
    Les deux modèles vont monter en collection, lentement mais sûrement. Je pense que dans l'immédiat le 4200 restera le plus recherché, d'autant plus que sur le 3200 il n'y jamais eu de boite réellement satisfaisante : la BVM d'origine Getrag étant peu agréable (on la retrouve en 4200) et la BVA ancienne et peu adaptée. Sur la 4200 la boite robotisée cambiocorsa d'origine Ferrari est un régal (en mode manuel bien entendu).

  • #8

    Dubby Tatiff (mardi, 13 février 2018 18:51)

    Merci pour votre réponse, Alexandre.

  • #9

    ALBJO (mardi, 27 février 2018 13:53)

    Bonjour,
    Le V8 Maserati est très fiable et encaisse de gros kilométrages, il suffit simplement de regarder les annonces sur la toile pour le constater. Après, il nécessite un budget d'entretien plus élevé que le V8 Ferrari, notamment sur la distribution. Dans les deux cas, on trouve aisément des 3200 à plus de 150.000km d'origine tout comme des 4200 à plus de 200.000km d'origine. La boîte est très solide, seule la pompe F1 lorsqu'elle est robotisée peut présenter une faiblesse. De très bonnes et belles autos.

  • #10

    Dubby Tatiff (mercredi, 28 février 2018 19:42)

    Bonsoir,
    Suite à cet article j'ai consulté pas mal de PA et de sites concernant ce modèle bien désirable et il semble bien qu'il y ait une faiblesse récurrente concernant la console centrale du tableau de bord. Pas mal de soucis de platine électronique, mais surtout une détérioration très rapide des différents interrupteur, voir de casse des boutons de clim.
    Me suis-je trompé ? Ai-je exagéré ce problème qui est une sacré épine dans le pied car les pièces détachées sont très chères ? Est-ce un problème qui ne concernerait que certains millésimes ?
    Si un expert de ce modèle avait quelques éléments d'appréciation à ce sujet.

  • #11

    Alexandre GUIRAO (mercredi, 28 février 2018 19:57)

    Bonjour Dubby,
    J'ai eu plusieurs 4200 entre les mains, en ayant acheté pour des clients et en ayant essayé pas mal sur le marché. Le phénomène des boutons est le suivant : le peinture à effet "soft touch" devient collante et se désagrège. Cela peur se produire : sur les boutons de la console centrale, sur ceux des lève-vitre, sur les aérateurs, et sur le cache colonne de direction. Le phénomène se produit suite à la réaction chimique entre cette peinture soft-touch et certains produits de nettoyage automobile intérieur. Les 4200 qui ont été trop nettoyées avec ce genre de produit sont plus ou moins gravement attaquées. Pour les aérateurs et le cache colonne, on peut tout simplement retirer la peinture avec de l'alcool à brûler et retrouver le plastique noir tout simplement, j'ai vu une auto qui avait reçu ce traitement et ça va très bien. Pour les boutons de la console et lève vitre, le problème c'est qu'en faisant cela on va perdre ce qui est écrit dessus....donc à proscrire. Retrouver une console d'occasion en meilleur état est possible, mais peu de pièces sur le marché et cher. Bref, en résumé, il est préférable de trouver une auto en bon état au niveau des boutons, sans chercher la perfection. C'est vraiment le seul gros défaut de qualité perçue intérieur, pour le reste ça vieillit bien et sans bruits parasites...ce que ne peut pas prétendre une 996 par exemple.

  • #12

    ALBJO (jeudi, 01 mars 2018 11:27)

    Effectivement le problème des boutons et aérateurs peut être réglé. Le prix des boutons sont chers, il reste la possibilité de les faire refaire, certains ont trouvé de bonnes solutions sur les forums spécialisés. Pour les aérateurs, ce sont surtout les cerclages dont le traitement chromés s'écaille, il faut démonter et repeindre, tout simplement. Sinon, les cuirs vieillissent bien, ceux des 3200 sont les derniers en Connoly. Pour la finition, rien de moins bon que dans une 996 et la mécanique est surtout beaucoup plus fiable, 997 3,6/3,8 phase 1 comprise !

  • #13

    Dubby Tatiff (jeudi, 01 mars 2018 20:36)

    Merci pour vos réponses, Alexandre et Albjo.

  • #14

    Fred (lundi, 12 mars 2018 18:38)

    Bonjour,
    Ravi de vous lire tous,je suis l'heureux propriétaire d'une 4200 cambiocorsa de 2003 et totalisant 68000 km depuis décembre 2017.
    Mes premières impréssions ,une ligne flatteuse ,un moteur ennivrant ,un intérieur de trés bon standing .
    Un achat qui me procure de belles sensations .
    Au plaisir d'échanger.
    Frédérick

  • #15

    Wlad (samedi, 24 mars 2018 13:13)

    Bonjour a tous,
    Je suis propriétaire d’une 4200 en version spyder ( 2 places decapotable et empattement court par rapport au coupé).
    Apres 1 an et 3000 kilometres, la voiture est effectivement sensationnelle.
    Pour la fiabilité, je suis d’accord avec les commentaires precedents, notamment par rapport aux porsche contemporaines (j’ai eu un boxster s).
    Un point supplémentaire a surveiller néanmoins : les joints de cache culbuteur qui fuient systématiquement a intervalles relativement court.
    Les concessionnaires maserati considèrent ce joint comme une piece d’usure (1500€ d’intervention en concession tout de même).
    Au plaisir de vous lire,

  • #16

    Guirao Alexandre (mardi, 03 avril 2018 11:14)

    Joints de cache culasse 4200 qui fuient : sans doute déjà déposés et pas changés (avant vous !) . Sur toutes les autos que j'ai eu entre les mains avec des km < 60 000, aucun problème de suintement d'huile et les compartiments moteurs restent très propres.

  • #17

    Wlad (jeudi, 19 avril 2018 22:30)

    Bonsoir Alexandre,
    Effectivement, il semblerait que j’ai un peu exagéré le suintement puisque le chef d’atelier de la concession qui a fait la révision de ma voiture début avril m’a confirmé que le moteur était sec et que les joints n’était pas à changer.
    Fausse alerte donc même si celui-ci m’a confirmé en changer régulièrement sur les 4.2 et 4.7,
    Cordialement,

  • #18

    Fred (vendredi, 20 avril 2018 20:54)

    Bonsoir aux passionnés
    J'ai pris rendez vous jeudi 26 pour la révision des 70000km chez Gauduel à Limonest (69).
    Je précise qu'il s'agit d'une cambiocorsa de 2003 venant d'Italie
    Avec une petite appréhension concernant la facture finale,le chef d'atelier par téléphonne ma parlé d'un budget de 2500€ (sans problèmes majeurs ).
    En argumentant que c'était un bon moyen que de connaitre l'état général de la voiture ,étant dit que je suis propriétaire depuis peu (5 mois )et ayant parcouru que 1000km depuis mon acquisition.
    De plus j'ai un historique assez succinct du véhicule .
    Si vous avez un avis n'hesitez par à m'en faire part .
    Je vous feraient un petit "topo"lorsque j'aurai récupéré l'auto et surtout réglé la facture.
    Au plaisir de vous lire passionnés.

  • #19

    ALBJO (dimanche, 29 avril 2018 11:56)

    A noter aussi que la boîte mécanique est moins précise que celle d'une Porsche ou BMW contemporaine, surtout le passage 3 vers 2. Le talon pointe est aussi particulier du fait de la sensibilité du moteur, il est très aérien avec une montée en régime ultra instantanées à l'opposé d'un flat6 au couple mois bien distribué (cylindrée plus faible).

  • #20

    Alexandre GUIRAO (jeudi, 03 mai 2018 20:57)

    Parfois sur les boites mécaniques la lenteur surtout à froid vient du fait que la boite n'a pas été vidangée avec le bon type d'huile. La gestion de l'accélérateur électronique a été voulue très franche sur la 4200. Il faut parfois le re-paramétrer (valeurs min et max) s'il semble trop brutal. Ceci peut se faire sans intervention technique, il existe une procédure d'initialisation à suivre moteur coupé.

  • #21

    Ced (lundi, 07 mai 2018 12:52)

    Bonjour à tous.
    Je suis propriétaire d'un coupé 4200 GT cambiocorsa phase 2. Que dire de plus si ce n'est que je ne me lasse pas de contempler cette ligne magnifique et ce moteur rageur. Possédez une Maserati, a un côté très exclusif qui fait que les connaisseurs se retournerons dans la rue plus facilement que pour une Porsche par exemple.
    Peux-tu nous faire un petit "topo" Fred de ton expérience chez FERRARI Gauduel à Limonest ? Merci.

  • #22

    Fred (vendredi, 11 mai 2018 22:24)

    Bonsoir,Ced et aux passionnés .
    J'ai du décaler ma révision au 7 juin pour des raisons professionels ,comme promis je manquerai pas de vous faire un "topo".
    Pour l'instant je profite des beaux jours ,pour me délecter des joies de conduire mon bel "engin".




  • #23

    Eude (vendredi, 11 mai 2018 23:37)

    Je viens de commander une Maserati 4200GT avec skyhoop 2002 avec 77000km .
    Je ne sais pas encore combien elle va me revenir en frais de révision.
    Je verrais bien.
    Je vous dirais cela en temps voulu.

  • #24

    Fred (samedi, 12 mai 2018 21:33)

    Bonsoir,
    Bienvenue à toi Eude ,cela me fait d'autant plus plaisir que nous auront certainement à partager autour de la 4200 GT .
    Je suis de la région Lyonnaise et depuis peu proprietaire d'une Cambiocorsa de 2003 .
    Pas de désagrément constaté à ce jour,des voitures de plus de 10 ans avec si peu de km me laisse penser que les premiers proprietaires etaient soucieux d'une utilisation raisonée .

  • #25

    Ced (dimanche, 13 mai 2018 20:45)

    Bonsoir Eude,
    Si tu veux optimiser les frais de révision , l'idéal serait que tu trouves un garage indépendant spécialisé dans ce type de véhicule. Tu trouveras probablement une liste de garage dans ton département ou limitrophe sur les sites CASATRIDENTE ou MASERATITUDE.
    Merci pour ta réponse Fred, c'est toujours intéressant de connaître les prix pratiqués par les garages officiels.
    Bonne soirée à tous.

  • #26

    Orlando (mercredi, 20 juin 2018 23:19)

    Bonsoir les passionés Maserati,
    Après 1an de recherche d’une bonne occasion 4200 Cambiocorsa , j’ai trouver mon bonheur avec le kit complet d’origine gransport et sorties supersprint.
    Je confirme c’est une magnifique voiture et une sonorité que j’adore.
    Les buses de ventilation collantes récupérées comme neuves en 5mn ainsi que la grille d aération avec un produit pas cher en pharmacie pour enlever les collants des pansements et sparadras, mais surtout ne pas appliquer sur les boutons.
    Justement ALBJO parle de société qui refont les boutons , qui sait où peut on les faire refaires et à quel prix.

  • #27

    Fred (jeudi, 21 juin 2018 22:51)

    Bonsoir,aux passionnés.
    Je reviens vers vous comme promis ,j'ai déposé ma cambiocorsa 4200GT de 2003 chez Gaudel à Limonest (69)pour la révision des 70 000 Kms.
    Avant de vous communiquer le détail des travaux effectués ,je tiens à préciser quelques informations rassurantes.
    Sachant que je ne possédait pas d'historique trés précis ,la voiture venant d'Italie cette révision avait valeur de "check-up".
    L'embrayage d'origine testé á 54% de taux d'usure ,pour les "détracteurs "
    Aucunes pieces majeurs à remplacer, donc un Ouf ! de soulagement et surtout rassuré sur un modèle qui je pense à un excellent devenir auprés des passionnés de la marque et collectionneurs.
    -Remplacement des bougies.
    -Remplacement du filtre à air
    -Vidange et remplacement du filtre à huile
    -remplacement du filtre à pollen
    -remplacement des plaquettes de freins avant
    -remplacement des silenblocs de barre stab
    -remplacement du kit soufflet de cremailliere avant controle et réglage de la géometrie .
    Pour un montant total TTC de 3120€ ,soit un peu cher mais raisonnable pour un "spécialiste Masérati".
    Bonne soirée.

  • #28

    Gil (lundi, 09 juillet 2018 22:43)

    Propriétaire pendant 3 ans d'un coupé 2004,de 50000km,je comfirme:
    Surfaces et boutons collants a cause du vieillissement(pb existant à cette époque même chez les allemandes),le décapage à l'alcool marche bien,le white spirit non.
    Par contre je souhaite pointer du doigt un souci récurrent sur la 4200 qui est un jeu prématuré chez toutes à moyen terme de la rotule de réglagle du pincement des triangles inférieurs arrières (2000€ chez masérati la pièce :triangle entier obligatoire),du à un sous dimentionnement /à la puissance d'accélération,du coup tenue de route alterée.
    Par contre pour l'embrayage f1,tant décrié,
    En évitant les bouchons dévastateurs,t les patinages intempestifs,et en jouant avec l'accélérateur lors des passages de rapports,pour coller l'embrayage sans à coup,j,ai fait 30000km de route de montagne avec doublage et arsouillage de bmw avec une usure se 5%,sisi!
    pour les caches culbuteurs je confirme,ça fuit,pour ceux qui continuent avec de l'huile 5w.,,certains téméraires passent à la 10w.,plus épaisse,.....
    personnellement,mon ciel de toit s'est poché(tres moche)avant injection de néoprêne en bombe pour le recoller(pas grave ,la 3,18 d'une pote fait la même chose,ouf!)
    Voila,c'était ma modeste contribution à ce site

  • #29

    ALBJO (lundi, 06 août 2018 13:31)

    Finalement, on en revient toujours au même, c'est une auto très fiable avec l'entretien classique d'une auto de 15 ans.

  • #30

    Denis ( Bruxelles) (samedi, 25 août 2018 10:44)

    Bonjour, je possède in très bel exemplaire de fin 2002 full options ( skyhook, pot inox, téléphone,...) et j'en suis ravi. Malheureusement j'ai trop peu l'occasion de rouler et je pense à m'en séparer. J'ai mis 6 mois à la trouver en Italie. je l'ai achetée avec le carnet complet au premier propriétaire et elle est impeccable. Je l'ai importée en Belgique en 2015. j'adorerais la vendre à un passionné.

  • #31

    Guirao Alexandre (samedi, 25 août 2018 16:54)

    Bonjour Denis, vous pouvez me contacter en message privé sur info@classicautoinvest.fr pour votre 4200, cela m'intéresse. A bientôt.

  • #32

    ALBJO (dimanche, 16 septembre 2018 18:55)

    Bonjour,
    Ca y est je suis passer à l’acte avec une Gransport de 2008, quasi toutes options catalogue. Alors après quelques centaines de kilomètres, voici mes premières impressions.....
    Tout d’abord la présence en réalité de la voiture est incontestable, un mélange de tradition et d’aggressivité le tout avec une élégance très italienne. Les détails sont subtiles. Ensuite le son en mode sport, très très sourd au point de créer des résonnnances en sous-sol parfois importantes mais jouissives. L'intérieur, full cuir pour le mien, est un mélange aussi d’élégance et d’aggressivité avec tout ce carbone jusqu’au volant, seuil et baguettes de porte également pour le mien. Ça sent fort le cuir aussi. Aucun bruit de mobilier dans le tableau de bord mais quelques uns, peu nombreux dans le ciel de toit matelassé et uniquement si la route est dégradée. Le confort est...ferme, la tenue de caisse correcte pour une vraie GT 4 places. A ce sujet, les sièges arrières très creusés sont parfaitement exploitables par des adultes, pour ma part, un siège auto y loge sans aucune difficulté, le siège avant, tout électrique, se manœuvrant automatiquement des que l’on actionne la tirette du dossier. Pas vraiment de bruit d’air non plus aux allures autorisées sur autoroute, une surprise. Le moteur, ah le moteur...du couple, de la puissance, de la musique, du grand art !!! Rien à voir avec un Flat6 3,8l, là c’est tout en force !! Mais il a toujours très soif, comptez une moyenne de 20l. La boîte, manuelle robotisée, est finalement très agréable dès lors que l’on ne pert pas d’esprit que l’on roule dans une auto un brin vintage, elle est tout ce qu’une tiptronic n’est pas, c’est à dire sportive et brutale !! Et finalement, conjuguée au V8 et à cette atmosphère d’il y a 15 ans, on y trouve un certain plaisir surtout au rétrogradage très...sonore. Discrétion impossible. De toute façon, il n’y a rien de discret dans cette voiture qui se veut être l’Aston italienne. Aucune discrétion donc mais toujours de la sympathie des automobilistes, je n’ai connu ça qu’en...Lotus !!
    Ce qui me plait moins, l’amplitude du réglage des sièges, trop limitée vers le bas, surtout pour ceux de plus d’1m80 et qui aiment conduire très bas, là Porsche fait bien mieux. Ensuite, la direction, ultra directe, elle ne transmet que peu d’informations et le volant en carbone dinc léger, n’aide pas, dommage tant elle est sportive dans son réglage, 2 tours seulement de butée à butée !! Les freins sont efficaces mais des plaquettes tendres sont à prévoir en cas d’utilisation sur piste. Elle doit d’ailleurs pas mal s’y défendre avec son châssis à l’assiette réglable, le mien est réglé à -10mm, c’est à dire une hauteur au toit à 1,29m soit la hauteur d’un Boxter !!!
    Pour terminer, si les matériaux sont très nobles, cetaines finitions ne sont pas à la hauteur d’une allemande, plis de cuir ou joints de phare et de porte.
    Bref, une auto très attachante, très vivante avec laquelle, malgré sa boîte robotisée, on a l’impression d'être totalement impliqué dans la conduite comme avec une boîte mécanique traditionnelle. En écrivant ces quelques lignes, je n’ai qu’une envie là tout de suite, c’est d’aller rouler avec !!!

  • #33

    Taranis (samedi, 22 septembre 2018 10:48)

    Bonjour

    Je suis aussi confronté à la désagrégation des boutons du panneau de commande. Où trouver des contacteurs de rechange et/ou un spécialiste qui saura les remplacer ?

    Merci

  • #34

    ALBJO (jeudi, 04 octobre 2018 14:36)

    Bonjour,
    Pour les boutons tu peux aller faire un tour sur le site de Maseratitude, le sujet y est largement détaillé. Sinon, des spécialistes comme Eurospare vendent la platine complète, boutons inclus...mais assez chère. Il ne faut mettre aucun produit nettoyant quelqu’il soit.
    Je commence à mieux prendre en main la mienne, c’est fou comme la direction est directe, le châssis travaille finalement très bien, je suis surpris. C’est certainement la sportive avec laquelle je dois le plus m’impliquer et m’appliquer, c’est la moins facile de toutes celles que j’ai eues mais c’est le pieds !!!
    Finalement elle permet de rouler à 80 sans aucune difficulté et on prend même du plaisir surtout lorsque la route monte légèrement et que le moteur charge un peu, un mélange doux de vibrations et de son très sourd et caverneux...

  • #35

    Squadra (vendredi, 12 octobre 2018 15:31)

    Salut à tous !
    Quel plaisir de passer en revue tous vos commentaires.
    Historiquement, je rêvais d'une 3200 mais au vu des problèmes cités sur les forums consacrés à la marque au Trident, mon choix s'est rapidement porté sur une 4200. Le fait qu'elle soit pourvue d'une chaîne et sans turbo (ah un bon V8 atmosphérique) ont été des arguments imparables.
    Personnellement, çà fait 4 ans que je possède une 4200 GT Cambiocorsa. Je la roule malheureusement très peu (8'000 kms en 4 ans). Actuellement, l'auto a 82'000 kms. Taux d'usure de l'embrayage il y a 4 ans : 56%, actuellement il est de 49%. Embrayage d'origine, je précise !! Comme décris plus haut par Gil, l'embrayage ne s'use que s'il on s'en sert mal.... Evitez les bouchons, les rampes de garage au quotidien et le 0-100 kms/h à chaque démarrage et elle vous apportera la même sérénité qu'une teutonne, mais avec des sensations décuplées ! Quel pied ! En 4 ans, en dehors des vidanges des liquides (moteur et boîte), aucune panne ou problème à signaler. Sa discrétion (voiture noire, intérieur beige) apporte cette touche de classe à l'italienne unique et enfin reconnue sur les Maserati plus récentes. Je confirme les détails de finitions médiocres pour une voiture qui coûtait à l'époque CHF 153'000 !!! La mienne est équipe d'échappement Tubi Style : dantesque !!
    Malgré tout, je songe à m'en séparer pour les motifs évoqués plus haut (utilisation faible) et les coûts liés à la location d'un garage toute l'année.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :


CLASSSIC AUTO INVEST SAS  -  RCS 823 394 812 Tours - info@classicautoinvest.fr