Morgan 4/4 : l'éternité et un jour.

Les mythes se construisent avec le temps. Les constructeurs britanniques en savent quelque chose. A l’heure où Jaguar refabrique à neuf des modèles historiques tels la XKSS ou la Type E lightweight, il est encore possible d’acquérir une Morgan 4/4 millésime 2017 produite selon un processus immuable depuis 1936. Au-delà de son charme vintage, quels sont les secrets de ce roadster qui a vu naître et disparaître nombre de faiseurs d’autos ?

 

Si le succès de la classique Morgan 4/4 ne se dément pas depuis 81 ans, c’est que le cahier des charges d’origine doit être juste ! Construire une bonne voiture de sport abordable. C’est toujours écrit ainsi sur le site internet du petit constructeur de Malvern.


The perfect entry level sports car.

Il est vrai que les fondamentaux d’une bonne sportive sont respectés, à commencer par la masse contenue – vous connaissez beaucoup de sportives de moins de 800 kg aujourd’hui ? – et par la rigidité que lui confère son ossature en bois unique dans la production automobile contemporaine.

Moteur Ford Kent 1600 GT
Moteur Ford Kent 1600 GT - © AG

Dans cette configuration, nul besoin d’un propulseur sur dimensionné. La Morgan 4/4 fait bon ménage avec un moteur 4 cylindres 1600 (actuellement le Ford Sigma ; pendant longtemps le Ford Kent, et avant celui de la Triumph TR4…). Collé au ras du sol, le petit volant Moto-Lita entre les mains, le regard trouve vite ses repères entre le minuscule feu de position perché en haut de l’aile et le bombage du feu de route, idéal pour placer l’auto sur sa trajectoire.

Pour des sensations plus authentiques, on recherchera les modèles à carburateur (les SU d’origine sont souvent mal traités par nos mécaniciens continentaux, mais le bloc Ford s’accommode à merveille d’une paire de Weber…). 

 

Le pédalier au plancher, la commande de boite très directe et les freins sans assistance vous éviteront toute distraction. Une Morgan ça se tient et ça se pilote comme un Spitfire (celui qui vole bien sûr). Pour le park-assist vous n’aurez qu’à faire travailler vos cervicales, la visibilité latérale arrière et excellente sans capote et ses 4 mètres vous feront oublier l’absence d’assistance de direction.


Machine addictive.

Morgan 4/4 Tourer 1600
Morgan 4/4 Tourer 1600 - © AG

Un roadster tend par nature à décupler les sensations de conduite. Disons qu’ne Morgan décuple les sensations de conduite d’un roadster ! Prendre son volant pour une balade d’une cinquantaine de kilomètres sur de belles départementales, c’est réaliser comme le cahier des charges est juste et respecté.

 

Efficace pour qui sait la mener, la 4/4 (pour 4 roues, 4 cylindres, Morgan ayant auparavant fabriqué nombre de « 3 wheelers ») n’est pas une auto de compromis. La caisse vous répercute immédiatement ce que rencontrent les roues. Autant dire qu’il faut anticiper et éviter nids de poules, ralentisseurs et autres surprises si vous ne voulez pas transformer votre conduite en séance de rodéo !


Comme en bateau il faut gréer selon la météo. Couvre-tonneau pour les ondées passagères, capote et side-screens pour le gros grain. Et pour le grand beau, les désuets saute-vent qui prendront place sous vos narines une fois le pare-brise rabattu en avant.

 

Les bagages (étanches) seront logés sur la véronique en aplomb de la roue de secours, ou pour ceux qui ont choisi la carrosserie Tourer (2+2) sur la banquette arrière, protégés par le couvre-tonneau - à moins que vous ne la proposiez au plus offrant sur blablacar ?

Morgan 4/4 Tourer 1600
Morgan 4/4 Tourer 1600 - © AG

Morgan 4/4 Tourer 1600
Morgan 4/4 Tourer 1600 - © AG

Aux vitesses légales sur nos routes secondaires, la Morgan est une auto charismatique. Les têtes se retournent et les pouces se lèvent sur son passage. Son blend unique d’artisanat, de matériaux nobles et de performance vous transporte dans un autre monde où la conduite devient la finalité ultime.

 

Il n’est point besoin d’avoir une destination pour sortir en Morgan, et chaque parcours vous apporte son lot de sensations, entre parfums de nature et vapeur d’essence, vous ne savez plus très bien quand vous en descendez si vous êtes déjà arrivés ou pas encore partis.


Triple AAA.

Une chose est sûre c’est que les Morgan tiennent la cote. Si Standard & Poor’s devait noter la 4/4, elle décrocherait à coup sur le triple A ! Un signe qui ne trompe pas : les annonces comme les transactions sont plutôt rares. Et vous ne la verrez pas sur les estrades à moquettes des maisons d’enchères. La valeur d’une Morgan tient d’abord à sa culture qui est au-delà des modes et des convenances. Quelle que soit l’époque, Morgan a ses fidèles et parvient à en recruter d’autres.

 

Une des explications tient aussi à la production qui est toujours restée limitée compte-tenu des cadences artisanales de l’unité de Malvern. Les Morgan 4/4 classiques ont été produites entre 1936 et 1993 à 8 365 exemplaires (séries 1 à 5, puis les différentes variantes de Morgan 1600 depuis 1968). A partir de 1993 la 4/4 adopte le moteur Ford Zetec 1800, puis le Duratec et enfin le Sigma toujours en production, ce qui lui permet de s’adapter au gré des normes de dépollution.

Morgan 4/4 Tourer 1600
Morgan 4/4 Tourer 1600 - © AG

Morgan 4/4 Tourer 1600 - louvres de capot
Louvres du capot - © AG

Cette production raisonnable, assortie d’un mode de commercialisation « à la commande » a permis de laisser toujours la demande faire le marché, aussi bien en neuf qu’en occasion.

 

Les 4/4 en excellent état s’échangent actuellement entre 30 000 et 40 000 € selon les versions, une cote qui est restée stable ces dernières années en dépit du vent de folie qui a soufflé sur nombre de sportives. Si l’on ajoute à cela des coûts d’utilisation raisonnables compte-tenu d’un ensemble moteur-boite issu de la série, une consommation limitée et la disponibilité totale des pièces (l’usine est là pour vous aider), on comprend mieux pourquoi la Morgan a été de tous temps précurseur en matière d’investissement plaisir.



Si la classique Morgan 4/4 avec sa caisse étroite et ses pneus fins suscite toujours autant l’intérêt plus de 80 ans après sa naissance, c’est que sa définition, honnête, est toujours d’actualité. Développement durable (on ne connait pas de casse de Morgan), respect de l’environnement (elle revendique aujourd’hui encore plus faibles émissions de CO2 parmi les sportives), promesse de simplicité et de communion avec la route, la 4/4 est réellement la voiture de sport d’entrée de gamme telle que l’a voulue son fondateur HFS (pour Henry Frederick Stanley Morgan). Quelle autre voiture permet aujourd’hui de conjuguer plaisir de pilotage, sensations vintage et qualité d’investissement, sinon la Morgan 4/4 ?

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Daniel (mardi, 30 mai 2017)

    Quelle autre voiture? Lotus Seven of course :-)

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :


CLASSSIC AUTO INVEST SAS  -  RCS 823 394 812 Tours - info@classicautoinvest.fr